Comment bien poser son Parquet: Guide Complet

Comment bien poser son parquet:  Guide Complet

Introduction

La pose d’un revêtement de sol en bois ou stratifié peut s’effectuer de trois manières : la pose collée, la pose clouée et la pose flottante. À chaque type de revêtement de sol peut correspondre une ou plusieurs techniques de pose.

Dans le cas d’un plancher ou d’un parquet en bois massif ou semi-massif, toutes les possibilités sont envisageables. Le choix se fera en fonction du type de lame (dimensions, essence de bois), des caractéristiques du support, des performances acoustiques souhaitées et de la présence d’un chauffage par le sol.

L’élément théorique le plus important à considérer pour une pose réussie est l’hygrométrie de la pièce et du parquet. C’est ainsi qu’un joint qui permet au bois de se dilater, appelé « joint de dilatation périphérique » doit être prévu sur tout le périmètre du plancher.

Quelle que soit la méthode de pose adoptée, les lames sont toujours posées en commençant par un seul côté de la pièce.

On distingue 3 méthodes principales :

  • La pose flottante pour les parquets multicouches (ou semi-massifs ou encore contrecollés) et les stratifiés
  • La pose clouée (vissée) pour les parquets massifs ou semi-massifs de minimum 22 mm
  • La pose collée pour les parquets massifs et semi-massifs de 14 mm ou stratifiés

Le type de pose est déterminé par le type de plancher, de la situation initiale et de contraintes diverses.

Les trois types de poses de parquet

Pose collée

Le parquet est collé sur la chape ou sur un plancher de support réalisé, par exemple, en panneaux OSB. Le support doit être impeccable au niveau de la planéité, parfaitement sec et à température ambiante (coupez le chauffage par le sol avant d’effectuer le collage). Les éventuels résidus de peinture, graisse, ciment ou plâtre doivent être éliminés avant la pose.  La pose collée demande un support parfaitement plat et  cette technique est de plus en plus courante et particulièrement adaptée en cas de chauffage par le sol.

Guide illustré: comment coller un parquet en bois massif

Pose clouée

Méthode plus complexe car elle requiert l’installation préalable de lambourdes pièces de bois à placer au sol, sur lesquelles on cloue ensuite le parquet. Les clous, eux, doivent être enfoncés en biais pour ne pas gêner l’emboîtement de la latte de parquet suivante. La pose peut être associée avec un collage afin d’augmenter l’adhérence entre le revêtement et la colle, on parle alors de pose clouée-collée. A noter que ce système de fixation n’est en aucun cas d’usage pour les revêtements de sol stratifiés qui souvent sont trop dures pour laisser passer des clous.

Autrefois cette méthode était l’exclusivité d’un parqueteur expérimenté mais depuis quelques années, de plus en plus d’amateurs du bois posent leur parquet eux-mêmes, grâce à l’abondance et à la qualité des informations présentes.

Guide illustré: comment clouer un parquet en bois massif

Pose flottante

La pose flottante est fréquemment utilisée pour les parquets semi-massifs et les revêtements stratifiés. Les lames de parquet sont assemblées entre elles, soit par emboîtement (assemblage à rainure et languette), soit grâce à un système de clipsage, sans colle. Simple, rapide et économique, cette méthode de pose présente néanmoins l’inconvénient de réduire la qualité d’isolation acoustique ainsi que la résistance à l’humidité. Afin de réduire la transmission des bruits de contact, on place généralement un isolant (polystyrène, laine de roche, liège…) entre le revêtement de sol et le support. Et pour limiter les risques d’humidité, on conseille de poser une barrière étanche sur la chape.

Ce type de pose, relativement facile à mettre en œuvre, est fréquemment adopté par les particuliers qui souhaitent placer eux-mêmes leur revêtement de sol. Cette méthode n’est cependant pas adaptée au bois massif, d’ailleurs aucun producteur ne garantit son parquet massif s’il a été placé en pose flottante. Ceci est lié au fait que les éléments du revêtement ne sont pas maintenus mécaniquement et qu’ils sont par conséquent libres de se rétracter ou de gonfler suivant les variations des conditions ambiantes.

La pose flottante est à la portée de tout bon bricoleur. La présence d’une sous-couche spécifique permet de réduire la réverbération des bruits de contact.

Une pose flottante présente, cependant, l’avantage de permettre assez facilement la restauration ou le remplacement d’une lame suite à des dégâts.

 

Guide illustré: comment poser un parquet flottant

 

 

 

 

Comparaison entre les trois types de pose

Pose ColléePose FlottantePose Clouée
Facilité Installation**********
Rapidité Installation********
Facilité de démontage*********
Luxe / élégance / cachet**********
Rendu en marchant dessus**********
Performance acoustique*********

 

Influence du type de parquet sur le choix de la pose

Type de parquet Définition Essences Type de pose
Lames de Parquet massif massivesLames d’épaisseur inférieure à 22 mmFeuillusPose collée
Lames de Parquet massif massivesLames d’épaisseur supérieure à 22 mmRésineuxPose clouée
Exotiques
Contre-collés /semi-massifsLames d’épaisseur inférieure à 22 mmFeuillusPose collée / Pose flottante
Contre-collés /semi-massifsLames d’épaisseur supérieure à 22 mmExotiquesPose collée / Pose clouée
Mosaïques / Lamelles colléesLamelles de 8 mm de largeur pré-assemblées ou colléesFeuillusPose collée
Exotiques
LamparquetLamelles de 8 à 14 mm de largeurFeuillusPose collée
Exotiques
Panneaux Panneaux de plusieurs lames collées ayant un motifFeuillusPose collée
ExotiquesPose clouée
Pose flottante
Parquet en pavéPanneaux de pavés de bois collés sur supportFeuillusPose collée
Résineux
Exotiques

Pour obtenir plus d’informations, consultez notre guide complet sur comment choisir son parquet

Influence du type de sol sur le choix de la pose

Un parquet peut être posé sur une variété de surfaces différentes, comme les chapes en ciment ou en anhydrite, mais aussi sur des surfaces non absorbantes, comme le bois, la pierre, la céramique, etc..

La surface sur laquelle vous voulez poser le parquet et l’état de cette surface sont d’une grande importance dans la sélection des produits de pose que vous devez utiliser pour garantir une installation parfaite. Aussi la présence d’un chauffage par le sol détermine en grande partie la méthode de placement.

 

Pose ColléePose FlottantePose Clouée
Pièces sèchesOuiOuiOui
Pièces humidesRecommandéeNonNon
Sol chauffantOuiNonNon

 

Pose ColléePose FlottantePose Clouée
Chape en béton recouverte*********
Chape en béton***********
Contre-Collé**********
Bois************
Ancien Plancher*****

Pose dans les zones de projection d’eau ou les locaux humides

Le parquet prêt à poser (hormis le stratifié) ne doit pas être directement installé sur des zones exposées au projections d’eau (douche, sortie de baignoire).

Si le parquet doit être posé dans une salle de bains, il ne faut pas l’installer tant que l’ambiance reste constante dans la plage normale d’humidité relative de l’air entre 35 % et 60 % pendant quelques jours après la pose.

Il faut absolument éviter toute formation de flaque d’eau et infiltration d’humidité sur le parquet à peine placé.

Caractéristiques du support

Le support doit être plan sec et suffisamment solide.

Si le sol n’est pas parfaitement plat, compenser les irrégularités du sol avec du mastic. La surface du support doit être exempte de fissures, de ruptures et de creux. Les supports simplement posés ou d’une solidité insuffisante (PVC / moquettes) doivent être enlevés. Les supports minéraux/chapes doivent être suffisamment secs.

Pose sur les supports minéraux

Par principe, sur un sous-plancher en pierre ou ardoise (et autres minéraux), il convient de poser un film de polyéthylène de 0,2 mm d‘épaisseur afin d‘empêcher toute remontée d‘humidité vers le support du parquet.

L’humidité : l’élément fondamental à apprécier pour réussir une pose

Le bois est un matériau hygroscopique, ce qui signifie qu‘il peut absorber et dégager de l‘humidité.

L‘avantage réside dans les propriétés de régulation climatique de l‘ambiance, mais l‘inconvénient est que le bois gonfle lorsque il absorbe de l‘humidité et se rétrécie lorsque il en dégage. Le phénomène de gonflement et de rétrécissement dépend donc directement du climat ambiant.

Si l‘ambiance est trop chaude et sèche, le bois rétréci, si elle est humide, le bois gonfle.

Les parquets composites ont aussi tendance à gonfler et à se rétrécir, mais beaucoup moins que les parquets massifs.

Ce phénomène advient surtout en hiver, lorsque l‘humidité ambiante est souvent le rétrécissement naturel du bois peut agrandit l’espace entre des lames. Inversement, lorsque l‘ambiance est trop humide, comme souvent en été, un écart au mur insuffisant ou l‘oubli des joints de dilatation peut déformer la surface.

C’est pour cela qu’un espace entre le mur et le parquet, appelé joint de dilatation est un élément essentiel pour garantir une bonne stabilité du parquet dans le temps.

L’espace entre le mur : le joint de dilatation

Le bois est un matériau naturel qui travaille en fonction du climat ambiant. Il est donc indispensable d’assurer un espace suffisant entre le parquet posé et tous les éléments de construction fixes tels que murs, piliers, conduites de chauffage, etc., appelé écart au mur ou joint de dilatation. Il faut en outre respecter les joints de dilatation lorsque la surface de pose dépasse une certaine limite.

Un écart au mur insuffisant est l’erreur la plus fréquente lors de la pose. Ceci ne se remarque souvent qu’en été, lorsque le parquet se dilate en raison de l’humidité et des températures élevées des mois d’été.

Quel que soit le type de pose Il est donc important de toujours veiller à la présence d’un joint de dilatation :

  • de 10 mm tout autour du périmètre ou est placé le parquet**
  • au niveau de chaque obstacle ou à la jonction entre deux pièces.

Des cales peuvent sont généralement utilisées pour garantir la présence de ce joint. Les joints seront masqués par des plaintes, des rosaces pour le passage des conduites ou des entre-portes.

Le joint de dilatation ou l’écart au mur doit être au moins de 10-15 mm sur chaque côté et augmenté si la surface est plus grande.

La règle de base du calcul : pour chaque mètre posé, respecter un joint de dilatation de 2 mm vers les deux côtés de la pièce.

Exemple : pièce de 6 m de largeur = écart min. de 12 mm sur chaque côté.

 

Ajouter un joint de dilatation supplémentaire d’au moins 10 mm dans conditions ci-dessous :

  • grande surface de pose (supérieure à 10 m x 8 m) ;
  • pièce en angle ;
  • la pose se fait sur plusieurs pièces adjacentes.

Les meubles lourds, par ex. blocs de cuisine et armoires nécessitent un écart au mur deux fois plus grand du côté opposé de la pièce où ils sont car le sol ne peut travailler que vers un seul côté. Exemple : laissez 2 cm de joint du côté opposé si vous aviez besoin d’1 cm sans un meuble lourd.

Zones critiques nécessitant une attention particulière

  • les montants de porte
  • les raccords d’escalier
  • les raccords de radiateurs
  • les rails de finition.

Ceci permet à tout moment de réutiliser le sol aisément et sans problème. Les joints de dilatation vers les murs sont recouverts par des plinthes et à d’autres endroits, par des profilés de sol spécialisés.

Règles à respecter pour réussir sa pose de parquet

Avant la pose, il est impératif de stocker les lames de parquet dans leur emballage d’origine, sans les ouvrir, dans la pièce où ils doivent être posés, au moins 3 à 4 jours mais idéalement 1 semaine. La température ambiante de cette pièce doit être celle de l’usage ultérieur, (généralement comprise entre 15 et 20°C). Cette étape indispensable permet aux lames de s’adapter à l’humidité de la pièce et ainsi de ne pas se déformer après la pose.

Préambule à la pose :

  1. Le local doit être parfaitement sec
  2. Les travaux de maçonnerie doivent impérativement être terminés
  3. Le local doit être fermé
  4. Toute source d’humidité doit être supprimée
  5. L’hygrométrie de l’air de la pièce doit se situer entre 40 et 55 %.
  6. La température de la pièce doit se situer entre 18° et 20°.
  7. Entreposage du parquet dans la pièce finale 1 semaine (voir plus haut)
  8. Une vérification de la disposition finale du plancher (pose sans fixation) peut être instructive. Elle permet de simuler le rendu de la pièce post -poste et ainsi choisir le meilleur sens/motif.
  9. S’assurer d’avoir un bon éclairage ou une forte lumière naturelle
  10. Contrôler le parfait état des lames. Les lames visiblement défectueuses ou endommagées ne doivent jamais être posées.
  11. Il est préférable de monter les objets lourds et meubles encastrés avant la pose du parquet et de poser le sol autour de leur socle.

Conseils et étapes à suivre pour réussir la pose :

  1. Contrôler et éventuellement rectifier les supports
  2. Appliquer un joint de dilatation tout autour ou le parquet va être installé
  3. Commencer la pose de la première ligne à partir du mur
  4. S’assurer de la rectitude (ligne droite) de la première ligne
  5. Enlever les cales pour laisser apparaître un joint de dilatation (+/- 1 cm),
  6. Poser la deuxième ligne
  7. La pose s’effectue une ou deux lames à la fois sur toute la longueur de la pièce.
  8. Chaque lame de parquets comporte ses propres nuances de couleur et de texture. Afin d‘obtenir une apparence régulière du sol de la pièce, il est recommandé de mélanger toutes les lames venant de plusieurs paquets avant de commencer à poser.

Après la pose :

  1. Entretien du parquet selon les prescriptions du fabricant, et dans tous les cas, utilisation d’eau avec prudence (torchon bien essoré).
  2. Maintenir dans la pièce un taux d’humidité relative entre 45% et 60%.
  3. Conserver les lames restantes dans les emballages refermés (papier collant) et les entreposer à plat.

Il est recommandé d’attendre quelques jours voire une semaine après la pose avant de commencer les finitions, pour laisser au bois le temps de s’acclimater à la température et au taux d’humidité de la pièce. Après cette période d’adaptation on pourra poncer, cirer, huiler, teinter ou vitrifier à souhait !

**Remarque : Le hêtre rétrécit plus que la plupart des autres essences courantes. Pour cette raison, en hiver, lorsque le climat ambiant est très sec, les parquets en hêtre ont besoin des joints plus grands.

 

Découvrez tous nos parquets

Rupture de stock
26,0028,00 TTC
24,0031,00 TTC
32,0045,83 TTC